BLAN-C (S)    /  créations
 
   
TROIS SOLOS de Dominique REBAUD
 
   
   

C’est un espace où se déploie, au sol, une immense soie blanche dessinant une partition puis des empreintes et, à la toute fin, une trace.

C’est aussi le bord d’une rivière ou d’un chemin…le vent et l’eau… la terre et le ciel inversés…une couleur, mille couleurs, des lettres, des mots…

 

La chorégraphie commence par l’installation à vue de ce grand calligramme soyeux qui est pensé pour se poser aussi bien dans les théâtres, que dans les musées ou les écoles dans la continuité des recherches de la chorégraphe sur des espaces autres pour la danse. 

 

Dominique Rebaud travaille trois solos distincts d’environ 20 minutes chacun en écho aux écrits de trois artistes avec qui elle désire entrer en dialogue : Gérard Astor pour le théâtre, Anne Herbauts pour les écoles, Pierre Soulages pour les musées.

 

Si l’espace des trois solos est identique chacun, par contre, est accompagné d’une bande son différente mêlant les textes des auteurs à des musiques et des sons en une ligne indépendante et signifiante.

 

L’écriture de la danse est autonome. Elle est travaillée à partir de tous les solos que Dominique Rebaud a créée depuis 25 ans. C’est une recherche sur sa propre écriture et ses modes de composition, un affinement et une affirmation de celle-ci.

 

BLAN-C (S) est une mise en résonance d’univers distincts sans illustration ni redondance. C’est un exercice d’admiration et d’élucidation de l’écrit par la danse, de la danse par la musique, de la musique par la peinture.
 
   
   
 
 
   
   
BLAN-C (1)                                                                          danse jeune public
 
   
LIEN VIDÉO  
   

Texte : « De temps en temps » d’Anne Herbauts*

Musique : Jean de Sainte Colombe

Voix et Danse : Dominique Rebaud

 
   

« de temps en temps, je me perdais à l'ombre des mots et des images » Qu'est-ce qui se passe quand rien ne se passe? Anne Herbauts regarde le temps et interroge son travail. Elle tente de cerner ce qui par nature ou par accident nous échappe. C'est ainsi que le minuscule remplit un jour entier, que les grandes choses écrasent le fil du temps, que des mots rencontrent des images, et que les images volent au secours des silences. Au sujet de son travail, Anne Herbauts écrit : « Ecrire, c'est dire les blancs. Parler de ce qui existe maintenant et qui à la fois a déjà disparu ».

 
   

*Anne Herbauts : N’est ni dans l’image, ni dans le texte, mais dans les deux à la fois. Entre les deux, l’entre-deux, est son « lieu de travail », la marge, l’entre-deux, l’entre-case. Le livre et le temps sont ses matières premières. Son travail serait tentatives d’écritures : livres (dont des albums jeunesse, BD), court-métrages (vidéo), le film d’animation...

 
   
*Jean de Sainte Colombe ou Monsieur de Sainte Colombe, compositeur et joueur de viole français, né vers 1640 et mort vers 1700.
 
   

Création du 29 septembre au 15 octobre 2016 à Albi

Commande dans le programme d’éducation artistique danse proposé par la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale et l’ADDA du Tarn.

 
   
   
 
BLAN-C (2)                                                                               danse et théâtre
 

Texte : « Aube » de Gérard Astor*

Analyse : Adel Habbassi*

Voix et Danse : Dominique Rebaud

 
   

« Cette écriture du corps capture plusieurs fragments de l’univers dramatique de Gérard Astor dont l’espace s’offre à une danseuse-chorégraphe et à des lecteurs en quête de signes mettant en avant le jeu et le mouvement en tant que formes-sens. De l’écriture du corp(u)s astorien, BLAN-C retrace les lignes de force, les compositions (terme commun aux pratiques musicale, poétique, chorégraphique, picturale, etc.) et les cadences qui donnent sur d’autres pas, d’autres types de marche ou des respirations diverses. La forme créée, au bout des explorations artistique et critique de ce théâtre, prend la (les) forme(s) d’un palimpseste qui laisse transparaître les lignes et les traces de chaque couche du sens (du mouvement) ».

 
   
*Gérard Astor : Docteur en Etudes Théâtrales avec une thèse intitulée : Rapports entre le théâtre et la cité - oscillations - étude comparée entre la pratique et l'écriture du théâtre d'Aristophane dans l'Athènes antique et la pratique et l'écriture de Jacques Lassalle au Studio-Théâtre de Vitry. Directeur du Théâtre de Vitry-sur-Seine durant 30 ans et Maître de conférenceà Paris V enseignant les conditions d'élaboration de la métaphore dans le processus de la création artistique, il est également Auteur dramatique.  
   

*Adel Habbassi : Spécialiste de littératures francophone et comparée et de l'œuvre dramatique de Gérard Astor. Enseigne le théâtre à l'Université de Tunis.

 
   

Création les 21 et 22 avril 2017 dans le cadre du projet Archipel Méditerranée(s),
Théâtre Antoine Vitez d'Ivry-sur-Seine

Collectif réunissant autour de l’œuvre  de Gérard Astor :  Adel Habbassi, le Théâtre de Bligny, La Cie Théâtrale de la Cité, la Cie Camargo, le Théâtre Antoine Vitez d’Ivry-sur-seine, le Théâtre El-Hamra de Tunis, l’Association Convergences.
 
   
 
BLAN-C (3)                                                              danse au musée
 

Texte et voix : Pierre Soulages* - Processus de création - 1981

Musique : Claude Barthélemy*

Danse : Dominique Rebaud
 
   
« De même que Soulages invite à goûter la façon dont la lumière anime le noir au lieu de se servir de la matière picturale comme support à une représentation, la danseuse nikolaïenne cherche à donner à voir les mouvements de son corps plutôt que celui-ci même, ici dans un espace blanc…L’immédiateté, la vitesse de la pensée induite par les œuvres  de Soulages ramènent aussi à un certain idéal calligraphique, l’on rêve que tout cela est le fait d’un seul geste, dans un état mental au temps arrêté, proche de l’improvisation musicale ».  
   
*Pierre Soulages : Le peintre du noir, est un géant de la peinture contemporaine. De ses premiers idéogrammes au brou de noix des années 40 jusqu’aux monumentaux polyptyques de ses outrenoirs, il n’a cessé de mener son œuvre entre sculpture d’ombre et poétique de la lumière.  
   

*Claude Barthélemy : Guitariste et compositeur, mathématicien, s'intéresse à la musique contemporaine et participe à des groupes de jazz-rock, dont Œdipe.  Chef de l'Orchestre national de jazz à deux reprises. Depuis 2007, il collabore avec la compagnie Camargo, créations musicales et Parcours Chorégraphiques. Création et représentations de Noir 1 noir 2 Noir 3 Noir 4 avec Dominique Rebaud.

 
   
Création le 27 janvier - 2017 - Centre d'Art Le Lait - Albi
 
 Photos  BLAN-C (3) : Phoebé Meyer  
   
 
   
 
   
 
 
 
 
 
   
   
Photos  BLAN-C (1)